A PROPOS


vit et travaille à Tours

Mon outil de mesure, celui qui me permet de produire des œuvres, ma référence et ma base de données, est mon propre corps. Mon enveloppe corporelle est déterminée par des caractéristiques physiques (masse, structure, surface...) et moteurs (réflexes, réactions, élans...) qui produisent dans mon travail des formes, des structures, des gestes, des attitudes. J’utilise ces différentes caractéristiques comme une base de données qui me permet de produire des pièces. Ces éléments sont le plus souvent des formes abstraites simples, géométrique évoquant le bâtiment, l’architecture, l’abri comme des arcs, des briques, des colonnes.... Ces évocations sont renforcées par mon choix de matériaux pauvres, recyclés et également de l’ordre de la construction, de l’habitation comme des enduits, de la terre cuite, du bois de charpente... Mon travail s’inscrit également dans une démarche d’économie du travail et d’écologie dans l’utilisation de mes ressources par le choix de mes matériaux, pauvres, peu chers souvent recyclés et même parfois issus de mes anciens travaux que je réinvesti, réactualise pour les inclure dans mes problématiques actuelles. Donnant ainsi plusieurs vies à la matière et à mon propre travail. Mais dans ces formes anguleuses, froides, abstraites, le corps est toujours rappelé par différents indices comme le choix de la couleur, d’un matériau spécifique ou d’une installation dans l’espace. En déployant ces pièces liées à mon corps dans l’espace d’exposition, j’invite le spectateur à s’y confronter, à s’identifier, se mesurer, se comparer et ainsi à d’avantage prendre conscience de sa physicalité. Notre corps est un abri, une habitation et il se transforme, parfois se métamorphose au cours de sa vie. C’est donc à cette coquille que je souhaite en quelque sorte rendre hommage, élever au statut de sculpture en en extrayant certaines caractéristiques. Après avoir travaillé pendant près de deux ans à partir de mes dimensions statiques comme base de données. Le mouvement, le geste, le corps dans ses attitudes sont venus me questionner. Me permettant de produire deux pièces nouvelles légèrement moins inscrites dans ma démarche précédente mais annonçant l’évolution de mon travail vers de nouveaux moyens techniques, une mise en avant de la performance, du corps mouvant, dansant et d’un dialogue avec celui du spectateur.